2. Pas à pas Aquarelle : Matin joyeux

Dernière mise à jour le jeudi 20 novembre 2008

Méthode expliquée par Nita Engle dans son livre : how to make a watercolor paint itself



il s’agit seulement d’un petit essai sur un bout d’arches grain fin 300gr

Voici la méthode :

J’ai utilisé la technique dont N. Engle parle p. 66 de son livre au chapitre "Using water-resist technique" que je traduirais par "utiliser le pouvoir hydrophile de l’eau".
J’ai détrempé (jusqu’à saturation) les 3/4 de la feuille (ciel et étang) afin que les projections malencontreuses de couleurs se diluent dans cette grande humidité en créant un coloris, pour le ciel et l’eau, en harmonie avec la végétation.
Le bas de la zone humide n’est pas droit mais suit la forme de la végétation.
Ensuite, j’ai projeté des taches de jaunes, bleus, roses ou rouges avec un pinceau chinois. La couleur a la consistance de la crème fleurette (important pour que le résultat ne soit pas trop fade).

Là, je suis un peu perplexe, car ou je n’ai pas assez détrempé la zone ou mon bout de papier était trop petit et a reçu trop de projections. J’ai dissout les tâches qui sont tombées dans la zone humide (partie supérieure de la feuille) en y passant un pinceau d’eau propre.

Ensuite, lorsqu’on juge qu’il y a suffisamment de tâches, on vaporise des gouttes d’eau dessus (N. Engle utilise in vaporisateur Windex qui ressemble à un vaporisateur de nettoyant à vitres). Personnellement j’utilise un vaporisateur de type spray à cheveux. Les gouttes d’eau vont provoquer des coulures et en orientant le papier dans tous les sens, on les fait aller où on veut tout en conservant quelques minuscules zones blanches (qui représenteront des fleurs blanches).

Lorsqu’on atteint l’effet recherché, on laisse le papier sécher à plat et on peint le reste de la composition.



Retour en haut de la page




Site réalisé avec  S P I P  à partir d'un squelette  A t y p i k  [. b i z]
Acryom portail arts plastiques